Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Olivier-et-ses-fourmis.over-blog.com

Olivier-et-ses-fourmis.over-blog.com

Blog dédié à l'élevage de fourmis. Ant breeding and studies

De jolies chinoises, Diacamma rugosum.

Après l'arrivée de mes dernières locataires en provenance d'Asie, j'ai du me mettre au jardinage et à la conception de Terrarium pour ces  nouvelles venues qui vivent sous terre dans un milieu extrêmement humide.

Présentation des Diacamma rugosum.

Diacamma rugosum fait partie de la famille des Ponerinae, elle se répartit principalement en Asie du Sud-Est dans les milieux humides comme les forêts pluvieuses ou les marécages. Elle est commune et on observe jamais de gynes à proprement parler dans les colonies de cette espèce, en effet on parle de "gamergates". Les gamergates sont des ouvrières ayant été fécondées par des mâles et pouvant ainsi pondre des œufs féconds qui donneront de futures ouvrières. Les ouvrières Diacamma rugosum, comme chez toutes les ponérines, sont capables de se reproduire.
Les colonies in natura comportent environ 200 ouvrières et colonisent d'autres milieux par bouturage. En effet, l'absence de reines ailées rend impossible les essaimages de gynes (les mâles peuvent par contre s'envoler pour féconder les gamergates d'autres colonies), les gamergates sont fécondées par les mâles de la colonie à l'intérieur du nid et partent coloniser un autre endroit accompagnée d'une petite poignée d'ouvrières.
Leur comportement semble très intéressant, en effet elles pratiquent le "tandem running" qui consiste à se déplacer à la queue leu-leu (elles n'utilisent pas de pistes chimiques car elles ne possèdent pas de glande de Dufour).



 

De jolies chinoises, Diacamma rugosum.

Caractéristiques d'élevage:
Elles ne nécessitent pas de chauffage particulier, elles se développent bien à température ambiante et la
diapause n'est pas nécessaire, cette espèce de fourmis venant des tropiques. Afin que la colonie se développe convenablement, une hygrométrie plutôt forte est nécessaire (80% du nid doit être humide, à peu près) comme pour beaucoup de ponérines.
Elles acceptent volontiers tous types de grillons ou vers de farine comme nourriture qu'elles paralysent et tuent grâce à leur
aiguillon venimeux ( /!\: piqûre douloureuse). Bien que leur régime soit principalement carnivore, il semblerait qu'elles acceptent des liquides sucrés de temps en temps.
Les
cocons de cette espèce sont de couleur foncée et sont tissés par des larves qui se servent de substrat (terre, sable, poussière) pour prendre appui et ainsi tisser convenablement leur cocon. Sans cela, les larves meurent sans avoir pu se nymphoser.

Certaines observations démontrent que les ouvrières nourrissent directement les larves avec le fruit de leur chasse en posant de la nourriture directement sur le ventre des larves. Les ouvrières mesurent plus d'1 cm la profondeur des galeries doit donc être importante. (+/- 1,5 cm)

 

répartition géographique.

répartition géographique.

Nourriture : Elles acceptent bien les liquides sucrés mais leur alimentation est principalement basée sur les protéines animales. Il faudra donc bien faire attention et leur procurer une quantité de protéine adéquate.

Développement :

  • De l’œuf à l'ouvrière : donnée manquante

  • Nymphe dans un cocon


    Habitat : Elles creusent leur nid sous des pierres.

    Conditions de maintient : Là-dessus les données ne sont pas évidente à trouver. Une température ambiante stable (21-22°C tout au long de la journée) semble leur convenir. Elles vivent dans des pays tropicaux, ce qui signifie qu'elles ont besoin de beaucoup d'humidité. La température extérieure de leurs pays d'origine varie tout au long de l'année entre 25 et 30°C. Aucune diapause à prévoir. Ces fourmis sont extrêmement sales, donc veiller bien à ce que leur tube ou leur nid, reste le plus propre possible.

    Essaimage : Les mâles volent de janvier à avril.

    Attention : Ces fourmis sont de grandes chasseuses d'insectes et possèdent un aiguillon capable d'injecter un produit paralysant chez leur proie. Faites attention à ne pas vous faire piquer, la douleur sera supportable, mais vous le sentirez pendant quelques heures.

De jolies chinoises, Diacamma rugosum.
De jolies chinoises, Diacamma rugosum.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article