Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Olivier-et-ses-fourmis.over-blog.com

Olivier-et-ses-fourmis.over-blog.com

Blog dédié à l'élevage de fourmis

Les Pheidole pallidula

Les Pheidole pallidula Les Pheidole pallidula

Présentation de l'espèce.

Taille de la gyne:
7,0 à 8,0mm
Taille des ouvrières:
1,5 à 5,0mm
Les Pheidole pallidula

FondationIndépendante et claustrale. Après l'essaimage ayant lieu au début de l'été, la reine élève seule une première génération d'ouvrières. Placez la reine fécondée dans un tube à essai muni d'une réserve d'eau. La première génération comptera en moyenne une bonne dizaine d'ouvrières. L'espèce est très prolifique.

Le nid

Le nid devra obligatoirement être blindé. De toutes les espèces Françaises, Pheidole pallidula est la plus prompte aux évasions. A l'inverse de beaucoup d'espèces qui ne foreront qu'en cas de manque de place, Pheidole pallidula s'y prêtera systématiquement. Ne pas se fier à leur petite taille, elles sont tout à fait capables de creuser tout type de substrat non blindé. Certains éleveurs rapportent même la dégradation de joins en silicone par des colonies populeuses. Un nid en plâtre ou béton cellulaire blindé au mortier est souvent utilisé en pratique, mais un nid en plexiglas reste le plus adapté. Le nid devra être moyennement humidifié, entre 25 et 50 % de la surface du nid humide sera optimal. Une profondeur de 5 mm sera appréciée. L'espèce créant de grandes colonies, une aire de chasse conséquente devra être prévue pour une colonie adulte. De plus, le système anti-évasion de celui-ci devra être particulièrement performant. Une aire de chasse fermée est la manière la plus sûre de ne pas être face à des évasions massives, surtout dans le cas de grosses colonies. La propension de Pheidole pallidula à forer ce qui l'entoure, couplé à leur capacité de passer les anti-évasions mal appliqués leur vaut dans le domaine le surnom de "reines de l'évasion". Ce sont des paramètres à prendre en compte si l'on envisage d'élever cette espèce attrayante.

Hivernage

Pheidole pallidula est une espèce à la très large répartition. Elle s'adapte différemment dans les zones aux hivers plus frais par rapport aux zones au climat plus doux. Elle est décrite comme quasi-hétérodynamique (Kipyatkov, 2001). Elle est donc capable d'un développement continu tout au long de l'année sans impact négatif apparent sur la santé de la colonie. Le besoin de diapause pour une espèce quasi-hétérodynamique a toujours fait débat. Les souches en provenance des zones les plus douces s’accommodent d'une baisse de température hivernale qui semblerait même néfaste au développement. Face aux hivers plus rigoureux d'autres régions (Asie mineure, zones exposées à un climat continental, etc.), il est logique de penser qu'une tendance dominante hétérodynamique-exogène tend à s'installer, auquel cas une diapause de la colonie sera préférable. Dans tous les cas, adaptez en fonction de la provenance de la gyne. Pratiquement, la plupart des éleveurs maintiennent Pheidole pallidula en captivité sans hivernage sans que d'effets néfastes aient été constatés.

Nourriture

Pheidole pallidula est une espèce omnivore très vorace. Elle apprécie tout particulièrement les substances carnées : insectes, viande non salée, ect. Les liquides sucrés et protéinés seront aussi appréciés, en prenant soin d'éviter le risque de noyade pour cette petite espèce. L'espèce consomme également des graines de manière occasionnelle. Ayant une démographie explosive, un nourrissage régulier sera nécessaire. L’espèce pratique le recrutement de masse, et un grand nombre d'ouvrières sera rapidement présent dans la zone ou la nourriture apparaîtra.

Conditions de maintien

L'espèce apprécie une température de maintien aux alentours de 25°C. Une température comprise entre 25 et 30°C sera l'idéal. Elle tolère cependant bien des températures légèrement plus fraîches (entre 20 et 25°C), et il n'est donc pas strictement nécessaire de les chauffer pour peu que la pièce de maintien oscille dans cette gamme de température. La température influencera le temps de développement du couvain. D'environ trois semaines pour une ouvrière minor à la température idéale, pourra aller jusqu'à un mois et demi pour les major. La nymphose est nue. L'humidité devra être moyenne, de 25 à 50% de la surface du nid. Il est important de prévoir un nid solide, blindé, et une aire de chasse à l'épreuve des évasions.

Généralités d'élevage : C'est une espèce peu difficile et très prolifique. Les difficultés liées à son l'élevage viennent de sa propension à l'évasion. Les grosses colonies, atteintes en quelques années, sont excessivement difficiles à contenir. Le nid et l'aire de chasse devront être pensés en fonction. Un espace de 300 µm (0.3 mm) sera parfois suffisant pour que les minor s'échappent

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article